Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Sans jeunesse, aucun avenir n’est possible !! par Farid Mellal

De nombreux jeunes sont venus renforcés les rangs du parti communiste durant ces dernières années. Beaucoup furent séduit par la magnifique campagne menée par le front de gauche et très inspirée par le charisme et la gouaille d’un Jean Luc Mélenchon des grands jours. Certains ont profités de la fête de l’Humanité, ou du Travailleur Catalan mais tous ont entrepris cette démarche dans un seul but : celui d’incarner la force vive d’un réel changement social pour enfin sortir de la misère dans lequel chaque jour les politiques actuelles les enfoncent un petit peu plus. Le positionnement de notre parti, ainsi que les actions et les combats menés, nationalement ou localement vont dans le bon sens. Cette démarche doit être encouragé et amplifier dans un esprit d’unité et du rassemblement le plus large possible comme le souhaite la constitution d’un « front des luttes ».

Cette contribution ne vise pas juste à dresser un portrait élogieux de notre parti car l’exercice serait facile, consensuel et sans saveur. Il est important aussi de pointer nos lacunes, nos faiblesses, non pas pour la simple critique mais dans un esprit de construction et dans la seule volonté d’être meilleur.

La première des faiblesses à mon sens est d’ordre organisationnel. Le parti peut être un outil formidable mais à condition que celui-ci soit utile réellement pour les gens qui y adhèrent. Notre parti est une force mais qui à mon sens est en train d’oublier toute une partie de la population qui est celle de la jeunesse. Une grande faiblesse qui représente aujourd’hui un grand danger pour demain. Comment pouvoir compter sur cet outil formidable si d’ores et déjà celui-ci n’intègre pas pleinement et totalement les jeunes dans sa réflexion politique à chaque échelle décisionnelle ?? Combien de jeunes composent aujourd’hui le conseil national, le conseil départemental ? La question pourrait être valable si on l’on s’intéresse à la composante sociologique (ouvriers, minorités etc…).

Le parti doit parler à l’ensemble du peuple qu’il souhaite représenter et incarner celui-ci dans toutes ses composantes et sa diversité.

Sur un plan purement politique, on peut se demander quels combats majeurs notre parti à porter à l’échelle locale. En trois ans, très peu de volonté politique réelle. Aucun jeune présent à l’exécutif pour parler des problèmes qui nous touchent chaque jour. Notre parti a loupé une génération entière de militants, il ne faudrait pas en louper une seconde.

Des solutions sont possibles. La première d’entre elle, est d’intégrer des jeunes au sein de chaque instance décisionnelle notamment à l’exécutif départemental. Nous devons mettre en place une commission jeunesse pleinement autonome afin d’être force de proposition dans l’action et dans la réflexion, porté plus haut la parole communiste. Etre présent aux cotés de la jeunesse de notre département est une priorité, une urgence.

Plus de 25% des jeunes de notre département sont aux chômages, plus de la moitié des étudiants de notre université vivent avec moins de 400 euros par mois. Chaque jour, la situation se dégrade et tout le monde s’en fout. La seule réponse reste le précariat et une politique de stage destinée encore et toujours à rendre de plus en plus flexible les plus faibles aux profits des mêmes qui chaque jour s’en mettent plein les poches. Notre combat doit se porter sur une réelle autonomie des jeunes, une réelle sécurisation des parcours professionnels. Luttons ensemble pour qu’enfin chaque jeune étudiant se voit reconnaitre ces années d’études dans le calcul de sa futur retraité. Voila qui serait signe de progrès. Nous devons combattre tous ensemble, jeunes et moins jeunes être solidaire.

Notre parti ne doit pas avoir peur de sa jeunesse. Il doit peut être simplement apprendre à l’écouter, lui parler avec son propre langage et ses propres codes.

Sans jeunesse, aucun avenir n’est possible.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.