Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

Le débat de la semaine

Le débat de la semaine

Débat n°5 : quelles pratiques militantes pour améliorer notre action ?

L'écho du débat

Les débat dans les fédérations

Les débats dans les Fédérations

Les éditos

Les éditos

Les éditos

Les éditos
 
 
 

L'énergie, un bien vital - Valérie Gonçalvès - 95

L’énergie est vitale à chaque peuple de la planète et doit être un droit pour tous. Elle est la condition de leur développement, de leur progrès économique et social. Le droit au bien-être, celui de se chauffer, de s’éclairer, de se déplacer mais c’est aussi le droit à la santé, à la culture.

Les besoins sont loin d’être couverts. Aujourd’hui encore 2 milliards d’être humains n’ont pas accès à l’électricité (80 % des ressources énergétiques de la planète sont consommées par 20 % de la population). Nous serons encore plus nombreux avec 9 milliards d’êtres humains en 2050. Les efforts à mener sont considérables pour faire un droit à l’énergie pour tous !

L’accès à l’énergie à un coût modéré est un élément vital pour les populations, mais aussi à l’heure où bon nombre d’entreprises ferment quotidiennement leurs portes, l’accès aux ressources énergétiques est un enjeu majeur quant à l’avenir d’une filière industrielle et elle est aussi un facteur de localisation.

Les options énergétiques impliquent des choix politiques car ils dessinent la société dans laquelle nous voulons évoluer avec quel progrès social.

En France, la pauvreté touche un nombre croissant de familles alors que le pays s’enrichit. C'est en France que la rémunération distribuée aux actionnaires connaît la plus forte hausse, avec 36,8 milliards d’€ distribués (+ 30,3 %), ce qui place notre pays en tête en Europe, devant l'Allemagne et le Royaume-Uni et le 3ème pays au monde dans la course au podium des versements des dividendes.

Les écarts entre les plus pauvres et les plus riches ne cessent d’augmenter en raison des politiques menées en faveur de ces derniers par les gouvernements de droite, non remises en cause voire accentuées par l’actuel. Politiques qui ont renforcé les inégalités sociales et territoriales notamment en termes d’accès aux services publics. Le secteur énergétique est particulièrement révélateur du désengagement de l’Etat dans la conduite des politiques publiques au service de l’intérêt général. Les investissements publics d’hier sont bradés pour permettre l’enrichissement des actionnaires des grands groupes du secteur. La libéralisation du secteur de l’énergie a de graves conséquences sociales et n’a permis que des hausses vertigineuses des prix de l’énergie fragilisant ainsi les plus modestes. Le modèle énergétique dessiné par ces politiques libérales est dangereux car nous ne sommes plus dans la logique d’une production qui s’adapte et réponds aux besoins mais dans une logique totalement inverse au risque de créer des situations catastrophiques de pénurie.

Aujourd’hui, 11 millions de personnes sont en situation de précarité énergétique, 15 % des français reconnaissent avoir des difficultés pour payer leur facture d’électricité ou de gaz.

Il y a un lien étroit entre l’accroissement de la précarité énergétique avec l’augmentation du nombre de personnes en situation d’emploi précaire. Les personnes ayant les plus faibles ressources occupent souvent les logements les plus « énergivores ». L’explosion et l’intensité de la pauvreté sont aussi des signes confirmant l’aggravation des situations sociales des ménages.

La précarité énergétique résulte de la combinaison de trois facteurs principaux à savoir la vulnérabilité des ménages engendrée par la faiblesse de leurs revenus, la qualité thermique déficiente des logements et le coût de l’énergie (gaz, électricité, fioul). C’est donc sur ces 3 facteurs qu’il faut agir pour éradiquer la précarité.

Faiblesse des revenus - Combattre le chômage, et augmenter les salaires et pensions. Pour ça, il faut en finir avec les coupes budgétaires qui étouffent la croissance. Les milliards du CICE doivent être récupérés et injectés dans les salaires, la création d’emplois, l’investissement productif à la place d’alimenter les dividendes des actionnaires !

Ces milliards, pour lesquels les parlementaires communistes ont demandé la constitution de commissions d’enquêtes, pourraient être plus utilises à financer un vrai plan de rénovation. 6 millions de personnes vivent encore dans des logements qualifiés de « mauvaise qualité ».

Enfin, il faut sauvegarder des tarifs réglementés au sein d’un service public de l’électricité et du gaz. D’ailleurs, les fanatiques du tout marché répètent à l’envie que si le marché ne fonctionne pas correctement c’est parce qu’il y a encore des barrières et les tarifs réglementés en font partie. C’est pourquoi, les libéraux veulent les faire sauter. Partout en Europe où les tarifs réglementés ont été supprimés, les gens ont vu leur facture s’envoler. Un ménage italien paie son électricité 45 % plus cher qu’un ménage français, un ménage belge 40% et un ménage allemand plus de 80%.

Pour le PCF, l’électricité et le gaz sont des biens de première nécessité, tout le monde doit y avoir accès, au même tarif, quel que soit son lieu d’habitation. En ce sens, la péréquation tarifaire doit être préservée. Aussi, la TVA doit être ramenée à 5.5 % sur les KWh du gaz et de l’électricité à l’instar des produits de première nécessité.

L’énergie est vitale au développement humain. Elle doit être soustraite des griffes des marchés. L’énergie doit devenir un bien commun de l’humanité au service du développement humain durable. Cette nouvelle approche du développement procède d’une action publique résolue en faveur d’une maîtrise citoyenne, sociale et écologique de l’économie. A l’opposé de la logique égoïste d’accumulation financière et de la mondialisation libérale, nous voulons réduire dans un même mouvement, les inégalités sociales et environnementales. Les questions sociales, environnementales et économiques sont intimement liées. On ne peut pas se contenter d’en traiter une partie sans aborder les autres.

Le Parti Communiste a l’ambition de reprendre la maîtrise publique du secteur de l’énergie par la création d’un pôle public qui permettrait de coordonner et fédérer toutes les entreprises du secteur pour la mise en œuvre d’une politique énergétique visant le progrès social et répondant aux grands défis écologiques posés en ce début de 3ème millénaire. Il s’agit de contraindre tous les acteurs industriels de ce secteur à mettre en œuvre des critères de gestion allant dans le sens du service public et de l’intérêt général. Nous souhaitons la création d’une agence européenne de l’énergie (approvisionnement, émission de CO2, réseaux) avec une coopération des opérateurs plutôt que la guerre économique visant à conquérir des parts de marchés et à absorber le concurrent adversaire ; l’échelon européen est pertinent pour introduire des clauses sociales et environnementales dans les échanges internationaux. C’est pourquoi, lors du débat de la « loi de transition énergétique pour une croissance verte », de nombreux amendements des élus communistes, allant dans ce sens, ont été déposés.

Le Parti Communiste Français doit continuer de mener le débat d’idées pour que le droit d’accès à l’énergie devienne une réalité pour tous.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.