Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Pour la création d’un Conseil scientifique national par Michel Limousin

L’évolution rapide des connaissances scientifiques dans tous les domaines contribue puissamment à la transformation du monde. Elle intervient dans les modes de production comme dans les rapports sociaux. Elle ne peut être négligée par ceux qui ont un projet de transformation révolutionnaire de la société. Elle fait partie du réel.

 

Peut-on penser le monde tel qu’il est aujourd’hui sans prendre en compte ce qu’il y a de nouveau dans des domaines de savoir aussi variés que la sociologie, les sciences humaines, la communication, les biotechnologies, les théories cognitives et les neurosciences, la révolution informationnelle, la connaissance de l’Homme et l’anthroponomie, les révolutions théoriques des sciences dites dures, l’émergence des connaissances écologiques, la connaissance de la Planète, l’éthique ?

 

Nous voulons que notre philosophie politique se nourrisse de l’ensemble des domaines de la connaissance et qu’elle imprègne notre pratique. En conséquence nous proposons d’introduire cette préoccupation dans notre organisation politique. Cette attitude si elle est adoptée, ne sera d’ailleurs pas nouvelle : par le passé notre parti avait déjà su être au contact des scientifiques et ainsi être à la pointe du progrès dans ses propositions et ses réalisations.

 

Nous proposons que le congrès crée un Conseil scientifique national chargé d’alimenter cette réflexion. Ce conseil sera purement consultatif et ne sera en rien une instance de souveraineté statutaire. Ses membres seront nommés par la direction nationale du Parti. Il devra être le plus large possible, couvrir l’ensemble des champs de connaissances et être un vivier. Les études et recherches dont nous avons besoin devront se faire en lien avec les milieux de la recherche.

 

Le congrès pourrait créer parallèlement au sein de la direction exécutive nationale une direction des études et recherches qui impulse cette politique de la connaissance.

 

Cette décision cohérente contribuerait à enrichir une autre problématique : celle de la formation des militants. Chacun s’accorde aujourd’hui à dire qu’il faut que le parti poursuive sa politique de formation des militants et des élus. Le Pcf doit être un véritable outil d’éducation populaire.

 

Aujourd’hui notre parti doit affirmer lors de son congrès sa volonté d’approfondir sa pensée critique dans l’ensemble du champ des aliénations humaines. Confronter la théorie et la réalité matérielle et sociale est la démarche nécessaire pour rendre plus opérantes nos conceptions. C’est aussi un des moyens indispensables pour porter nos espoirs et nos luttes de transformation sociale.

Il y a actuellement 2 réactions

  • Très bonne idée à compléter

    Sans être un spécialiste bien qu'ingénieur, l'intérêt d'un tel conseil serait de suivre comment la science se construit, avec quels objectifs, quels moyens et dans quelles conditions.

    Plus important encore, c'est l'articulation et/ou l'utilisation de la science avec/par les technologies et les techniques dans un contexte économique, social et sociétal en crise.

    Enfin, on ne peut oublier l'impératif besoin de traiter les questions écologiques et donc au passage de savoir estimer les risques de toute avancée scientifique puisqu'on sait tous enfin que science ne rime pas forcément avec progrès.

    Par Hervé RADUREAU, le 02 February 2013 à 20:38.

  • Conseil Scientifique

    Michel a d'autant plus raison que si ce qui distingue une société d'une autre c'est "la façon dont les marchandises sont produites et échangées" (F. Engels) et que si "la science est force productive directe" (Marx) alors le Parti a tout intérêt à intégrer le vaste champ de la science dans sa réflexion, ce d'autant plus que les grands problèmes qui se posent et vont devenir les plus prégnants pour l'humanité, ceux du "en commun" c'est-à-dire du communisme au sens étymologique,font et vont faire appel de plus en plus à l'activité scientifique au plein sens du terme, que ce soit dans la façon de poser les problèmes ou de dégager les pistes pour les résoudre.

    Par Ivan, le 29 January 2013 à 11:09.