Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Texte sur la jeunesse : Ensemble ! par Farrid Mellal et Philippe Galano

« Notre parti pris est celui de l’émancipation humaine, celui de l’épanouissement de chacune et de chacun, celui du droit au bonheur » : Changer le monde est à notre portée, encore faut-il s’en donner les moyens et la volonté politique. « C’est quand le bonheur » titrait Cali dans son dernier album. Une notion pas si simple à mettre en perspective. Alors vers quoi, vers où aller ? A l’instar d’une étude qui titrait « l’argent ne fait pas le bonheur ! », il paraît essentiel avant toutes choses d’expliquer, de dialectiser notre vision du bonheur. De l’indissociabilité qui subsiste entre épanouissement de chaque individu, émancipation, place de chacun dans la société, au préambule de notre base commune de discussion, nous voulons faire naître une prise de conscience de classe, un rapport de force majoritaire, remettant en cause profondément le système capitaliste et cette société telle qu’on nous l’impose. Dans le « dénouement » de ce paradigme, persiste parmi d’autres, un sujet essentiel à la construction d’un rapport de force nécessaire au succès de nos luttes, c’est celui de la jeunesse, de sa place dans la société, de sa représentation, mais tout aussi bien de notre posture vis-à-vis d’eux.

Il est temps de faire la différence entre ce que nous voulons pour notre jeunesse, et ce à quoi aspirent réellement les jeunes.

A l’instar de ceux qui nous promettent une société libérale, léguant aux générations futures nous ne savons quel poids de la dette, nous voulons une jeunesse qui décide de sa place dans celle qu’ils vivent actuellement, qu’ils s’emparent des moyens mis à leur portée pour la transformer, qu’ils participent pleinement à tous les échelons de la vie politique, associative, culturelle, éducative, professionnelle. L’émancipation est au cœur de cette bataille qui commence à l’école, par un socle commun éducatif de haut niveau, cela passe par des moyens publics (transport, logement, formation) ainsi que financiers favorisant l’autonomie dès 18 ans. Permettre à chaque jeune de se former, d’acquérir un socle de connaissance, de réflexion, quelle que soit sa situation, c’est lutter contre les inégalités grandissantes de la « reproduction » sociale. Une émancipation qui passe aussi par la reconnaissance des années d’études pour le calcul de la retraite, dans la sécurisation des parcours professionnels.

Dans cette bataille idéologique, le PCF a une grande responsabilité, celle de mettre en œuvre, dans ses instances, à tous les niveaux, les moyens de cet épanouissement tant désiré par notre jeunesse et qui donnera à voir sur ses immenses capacités. Notre jeunesse est notre avenir, le monde de demain se construit ensemble, dès aujourd’hui.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.