Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

De l'Humanifeste à un Manifeste véritable par Jean Cathenoz

"Communisme de nouvelle génération", "Humanifeste ",… ces notions et la base commune de notre discussion inscrivent le 36ème Congrès de notre Parti dans une démarche de refondation que je partage d'autant plus que je l'appelle de mes vœux depuis plusieurs années.

Le texte en discussion s'intitule "Humanifeste" mais son statut réel me semble cependant incertain. D'un côté, il présente beaucoup des caractéristiques habituelles d'un texte de Congrès, ce qui est normal car nous avons à prendre de lourdes décisions. D'un autre côté, son niveau de généralité, la profondeur de ses vues, son style aussi, sa qualité littéraire, ses formules l'apparentent effectivement au genre "Manifeste". Je propose donc que le texte que nous adopterons après approfondissements et amendements deviennent la base de deux textes distincts destinés l'un et l'autre à une large publication :

  1. A terme, un document pouvant pleinement se qualifier de nouveau "Manifeste du Parti Communiste".

  2. A la sortie du Congrès, une Adresse au peuple de France pour traiter avec lui de la question du "changement maintenant".

Je le dis tout net parce que ça m’exaspère, vouloir opposer le "lyrisme" de l’un au "sérieux" de l’autre me semble d’une consternante stupidité.

Je m'en tiens ici à la question du Manifeste.

L'embellie de nos idées est réelle, mais soyons mesurés dans notre appréciation. Rien n'est jamais acquis. L'arbre du Front de gauche, pour généreux en fruits qu'il soit pour notre Parti en tant que tel, ne doit pas nous cacher la forêt de toutes les interrogations qui demeurent sur le communisme et donc sur nous-mêmes. Donner à voir ce qu'il y a de nouveau (et même de profondément inattendu pour beaucoup) dans notre visée, dans les grands traits d'un projet de notre temps, dans la démarche stratégique de démocratie - appropriation, dans la conception du Parti lui-même reste une tâche spécifique qui doit trouver ses moyens spécifiques. Cela a été dit déjà lors de plusieurs Congrès et cela reste entièrement vrai. Sur le contenu, nous avons fait l'essentiel du chemin ; alors, je crois profondément que le moment est venu de produire un acte solennel du Parti,…oui, la publication d'un Manifeste du Parti Communiste.

 

Réponses à quelques objections prévisibles

« Le PCF n'a pas le monopole du communisme ». C'est vrai mais cela ne doit pas conduire à la conclusion fausse que la publication d'un Manifeste du Parti Communiste serait l'acte intempestif et regrettable d'une organisation qui n'aurait plus le droit de se comporter ainsi. Dans l'expression "Manifeste du Parti Communiste", les mots sont à prendre dans leur sens strict et ordinaire. Oui, « le Parti Communiste » et non pas le mauvais jeu de mots des mouvementistes : « parti pris du communisme" ». Dès lors qu’on a affirmé cela, chacun vit sa vie et s’engage comme il l’entend.

« Le PCF n'est plus un intellectuel collectif capable de "penser" ». N'en déplaise à ceux qui profèrent une telle ânerie, nous pouvons affirmer que nous sommes plus que jamais dignes de l'entreprise. L’histoire formidablement complexe et contradictoire - bien analysée et parfaitement assumée - des avancées et des retards du PCF ne nous disqualifie pas (je dirai : bien au contraire) pour jouer aujourd'hui, en tant que Parti, un rôle propre, singulier, irremplaçable dans l'œuvre de rassemblement de toute la force communiste autour d'une culture et d'une ambition communes.

« Comment vouloir un tel texte maintenant alors qu’il y a encore tant de choses en débat »; « ne risquerions-nous pas de nouvelles crispations dogmatiques, après la publication d’un texte prétendu (re)fondateur »; « comment, dès lors, se réclamer d’une volonté de rassemblement de toute la force communiste dans sa diversité »; « ne risque-t-on pas d’éclater le PCF lui-même ? ». J’entends bien, mais le niveau de généralité du texte auquel je songe (bien plus général qu’un texte ordinaire de Congrès mais beaucoup plus développé que le préambule de nos statuts) et le degré de maturité auquel sont parvenus les enjeux fondamentaux, les problématiques et les réponses, permettent de « manifester » effectivement et sous une forme publique, ouverte et massive les choix très majoritaires et irréversibles des communistes en ce début du 21ème siècle. Oui, je suis intiment convaincu qu’il faut le faire.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.