Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Sur le Parti communiste français par la section d'Aubervillier

Voeu, adopté à l’unanimité par la Conférence de section d’Aubervilliers du PCF,

le 12/01/2013

Lors de la conférence de section d’Aubervilliers, il est apparu à une majorité de camarades que le chapitre concernant le parti était la partie un peu faible du texte et mériterait une réécriture.

Il ne s’agit pas de manifester un désaccord avec ce qui est écrit (avec quoi la majorité est d’accord) mais de demander qu’une réflexion nouvelle soit engagée pour imaginer ensemble les formes attractives que pourrait prendre l’organisation communiste pour aujourd’hui.

Le parti communiste français est toujours là. Et c’est un acquis formidable. De plus, même si tout n’est sans doute pas parfait, nous avons progressivement appris à vivre ensemble, dans notre diversité.

Mais cela ne suffit pas. Un parti communiste moderne, ouvert et combatif, doit pouvoir inventer les formes de vie et d’action susceptibles d’aider à ce que s’affirme l’hégémonie des dominés et la transformation sociale.

 

Trois points, notamment, ont attiré notre attention :

 

1 – Nous devons retrouver des formes d’organisation de base capables de favoriser la solidarité, la découverte mutuelle et le travail en commun d’hommes et de femmes, d’origines sociales et de formations culturelles différentes. Quand le capitalisme conduit à la fragmentation de la société, le parti peut être un lieu où s’expérimente l’unité.

C’était la fonction de nos anciennes cellules. Il nous faut inventer la forme moderne de ces nécessaires structures de proximité.

 

2 – Les formes d’action politique passent bien sûr par l’organisation des luttes et la lutte des idées. Cela ne se résume pas aux discours et aux distributions de tracts...

Pendant des décennies, la vie du parti (et son lien avec les gens) passait par la diffusion de l’Humanité Dimanche, et l’organisation d’Assemblées populaires de remise des cartes...

Nous devons retrouver des formes de vie politique permettant la recréation dans les quartiers, les entreprises, d’une forme fraternelle, solidaire, politique et parfois festive de vie sociale.

 

3 – L’une des fonctions essentielles du parti est de contribuer au partage des savoirs qui ne peuvent pas rester la propriété privée des soit-disant experts.

La révolution démocratique et citoyenne que nous prônons, c’est que le peuple lui-même devienne l’expert et qu’il se fasse entendre.

Cela redonne une place centrale au travail de formation politique et théorique des adhérents. Dans des formes adaptées à aujourd’hui.

Il ne s’agit pas de renouer avec une conception univoque du marxisme. Le marxisme, « pensée devenue monde », est ouvert, divers et enrichi de l’apport d’autres courants. A l’échelle mondiale se reconstitue une pensée progressiste et révolutionnaire.

Il ne s’agit pas non plus de se croire omniscients. Nous avons aussi à apprendre des autres. Comme le dirait Brecht : les éducateurs ont aussi besoin de s’éduquer. Mais nous ne pouvons pas renoncer à notre fonction politique essentielle, pédagogique, au sens d’un véritable mouvement d’éducation populaire.

Nous devrions réfléchir aux initiatives permanentes que nous pourrions prendre, y compris localement, pour que le parti communiste devienne et apparaisse aussi comme une véritable Université populaire, pour l’émancipation humaine, par la multiplication, notamment, de conférences éducatives thématiques.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.