Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Pourquoi je vote « étoile(s) » par Alain Guillou

Les communistes, s’ils « font parti », se doivent de toujours le « refaire », et cela  pas seulement quand a sonné l’heure du « congrès », mais aussi à chaque fois que le prolétariat ramasse des coups déstructurants de la part de l’oligarchie qui, elle, sait défendre son parti, celui de l’argent, à coups de « chocs de ceci ou de cela »…

Ce qui nous entrave, c’est toujours le retard des uns ou des autres quand « la nécessité d’une  mise en mouvement massive du peuple saute aux yeux »…Le tiers des militants socialistes « ancrés à gauche » s’accrochant encore à l’illusion selon laquelle les deux autres tiers vont les suivre, ainsi que ceux des militants communistes s’accrochant encore à l’illusion selon laquelle  la gauche oui-ouiste « peut réussir », comment, sans détruire le potentiel que nous savons partager, comment enfin les convaincre du possible « tous ensemble » capable de dépasser à la fois les ornières de « la gauche plurielle », et celles de l’anarchisme autodestructeur ?

Le parti communiste ne pourrait pas se prétendre « parti du prolétariat » s’il ne se mobilisait pas intégralement lors des agressions de la classe capitaliste,  afin d’opposer à cette dernière une vraie « résistance créative », donc politique, donc « offensive » car porteuse de propositions alternatives  touchant au talon d’Achille de cette classe dominante, belliqueuse mais assez « fine » pour reconnaître la pertinence d’une contre-offensive populaire bien ciblée. Ce qui veut dire que ce parti doit être l’appareil qui inverse le « rapport de force »…en donnant toute sa puissance à l’exigence populaire de reconquête de l’espoir.
De telle sorte que les coups portés par la classe dominante, tout « déstructurants » qu’ils soient, deviennent au contraire « structurants » , justement parcequ’une réponse immédiate et ciblée sur le point névralgique du « capital » doit émerger et être partagée comme « la seule pertinente » par une masse significative de prolétaires, « enfin » la réponse collective dont chacun a besoin pour « résister », donc devenir « résilient ».
La notion de « résilience » est vitale jointe à celle de « l’émergence », pour que surgisse au cœur même de la crise déshumanisante un « peuple nouveau », bien plus puissant et plus humain encore, car ayant réussi à surmonter ses peurs, ses divisions, et, grâce à une démarche de coopération, à construire à la fois une « vraie république » et ses accès aux vraies richesses, qui ne sont pas que d’ordre « matériel », et c’est en quoi le capitalisme arrive au bout de « ses sous »…

Alors, la classe dirigeante sera « domptée » par une nouvelle « autorité » qui lui sera supérieure, celle d’un « peuple résilient » dont le secret sera « l’intelligence du partage », comme potion magique.

Et comment prétendre qu’un vieux parti du siècle dernier puisse concocter une telle « potion magique » tout seul contre les romains du XXIè siècle ?

Tout est déjà récolté dans la multitude d’expériences passées de « mises en mouvement du peuple de France » : il ne manque plus que la grande marmite pour faire mijoter…les herbes historiques.
C’est « la coopérative », l’endroit où entreront en ébullition les ingrédients du « Rassemblement du Peuple»…!

Nous ne sommes pas des druides ni des sorciers, bien que la chasse en soit déjà rouverte par « les agences de notation » qui surveillent les gouvernements trop « laxistes ».

Donc tout le monde peut participer à notre « cuisine », et il y en aura pour tout le monde !
Nos « partenaires », qu’ils soient inquiets ou jaloux, ou « sur leurs gardes  vu l’histoire du nom de communiste » …et surtout vue l’ombre portée de l’idéologie dominante contre les lumières, s’inviteront « fatalement » à cette coopérative, car ils savent comme nous être adossés au même « mur des fusillés » , quand ils voient ce qui brille au fond de l’œil, par exemple, de la vraie Reine de France qui préside le MEDEF, ou du super-flic  Monsieur Valls…Sans parler du sourire d’un « grand patron » qui « préfère la Belgique », ni de ce que subissent les salariés harcelés par le chantage au licenciement boursier, ils partageront notre « logique de paix » capable de désarmer les comploteurs cupides.

Je vote le texte tel que proposé par le CN car il ne prétend pas à la perfection et cela se lit, mais sa qualité essentielle réside justement là : c’est à « nous » de faire ce parti exister concrètement car ce « nous » a vocation à recruter très largement « dans ses proximités », pour réécrire toutes les règles d’un « tous ensemble » dont tous les peuples réclament le « bien commun »…La logique même de « la réelle démocratie » est ce qui calmera les velléités tyranniques des « capitalistes »…Il s’agit donc de ré-initier le processus d’appropriation collective toujours « attendu » par le devenir humain, en laissant la « pédagogie du renoncement » à son auto-renoncement.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.