Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Contribution/ Réflexion sur les statuts par Philippe Galano

Le travail engagé sur les statuts, leur simplification tant à la lecture que dans l’application des règles qui demain feront du PCF un parti plus intégrant, plus abordable, plus lisible, plus offensif, un parti renforcé est fondamental. Nos valeurs, notre vision de la société, les conquêtes indispensables pour la transformer, demeurent le socle de notre rassemblement. Dans cette perspective la modification des statuts est d’une importance particulière et bien légitime à une activité au plus proche des territoires et des gens. C’est affirmé de façon générale dans le chapitre 1 « l’activité des communistes » et notamment dans le passage (173 à 178 implantation de proximité) on pourrait d’ailleurs y adjoindre aussi « et renforcement ». Pour autant dans ces objectifs et notamment les modifications proposées, il apparaît des contradictions pour ne pas dire des paradoxes. D’une part nous confirmons les cellules comme lieu de vie pour nos quartiers, nos communes, les entreprises et d’autre part nous les faisons disparaître en tant que structures organisées formant des sections. Quelle en est la signification ? L’affirmation du 207 au 211 n’est pas plus rassurante car trop vague. Ce passage livre à des interprétations diverses, cela même si chacun peut convenir de l’importance de la multiplication des cellules et de la richesse que cela peut produire pour notre Parti ainsi que des formes que cela peut prendre. Pour autant, si nous voulons instaurer une véritable liberté d’organisation, de prise de décisions et d’actions notre responsabilité est d’impulser, de renforcer les lieux de débats, d’échange d’expérience, de rencontre, d’émergence d’animateur au sein de notre organisation. Tout en maintenant ces liens, nous avons à réfléchir sur la transformation de nos pratiques politiques au sein de nos comités de sections ainsi que des liens nouveaux à mettre en œuvre entre ces comités et les cellules. Enfin la répartition de la cotisation ne me semble par aller dans le bon sens, car elle propose une répartition qui affaiblit paradoxalement les structures de proximité et par conséquence leur autonomie revendiquée plus haut. Un choix qui aura un impact sur l’activité des cellules et globalement agira de façon négative sur nos objectifs de redéploiement, de renforcement, etc…

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.