Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

La gauche et le communisme : mise en actes par Mélanie Tsagouris

En créant le Front le Gauche, nous nous sommes mis en position de redéfinir, avec tous ceux qui se reconnaissent dans le terme de « gauche », ce que recouvre aujourd’hui ce mot. Nous le faisons avec tout ce qui constitue notre identité singulière de communistes français. Mais nous le faisons en ouvrant le projet communiste à tous les citoyens, pour qu’il soit travaillé par les forces sociales, culturelles, politiques qui nourrissent la gauche de leur apport. Nous le faisons avec la conscience que nos analyses ont besoin de se mêler à la réalité contemporaine de nos concitoyens pour devenir des perspectives concrètes.

Nous sommes souvent identifiés aujourd’hui par de nombreuses valeurs qui sont les nôtres et qui nous sont reconnues (comme le montre l’étude Viavoice : « l’observatoire des idées communistes » ) Pour autant, cela ne nous permet pas de disposer des leviers efficaces qui permettraient de tracer les étapes du changement populaire qui serait nécessaire.

Pour cela, nous avons besoin de nous dégager des cloisonnements habituels qui structurent la vie politicienne de notre pays. Nous n’avons pas à répondre aux injonctions médiatiques qui nous sont faites de répondre à la question « majorité ou opposition ». Nous devons sortir et du débat stérile qui consiste à tenter de définir ce qu’est aujourd’hui le parti socialiste.

Nous devons le redire à chaque étape du mandat de ce gouvernement : nous sommes disponibles pour mener avec la majorité choisie par les français, une politique qui réponde aux urgences sociales et environnementales. Pour autant, nous ne renouvellerons pas l’expérience de la « gauche plurielle ». Nous ne sommes pas là, pour faire peser la balance un peu plus à gauche. Nous proposons une politique d’une autre nature, qui permette de rompre avec les logiques libérales qui structurent aujourd’hui l’Europe et les nations qui la composent. Dans le rassemblement que nous avons l’ambition d’impulser se trouveront nécessairement des socialistes, des écologistes…

Le positionnement récent de nos parlementaires a nettement gagné en clarté dans ce début de mandat, mais cela ne suffit pas. L’outil dont nous nous sommes dotés à travers les assemblées citoyennes, peut être le lieu de convergence des responsables politiques, des usagers, des professionnels, des syndicalistes, des élus, qui permette ce travail. Pour cela, il nous faut renforcer beaucoup plus que cela n’est le cas aujourd’hui, l’implication des élus dans les assemblées citoyennes, en premier lieu la présence de nos élus communistes et Front de Gauche, mais également en invitant les élus de toutes les autres forces de gauche, pour que soit portées les propositions concrètes qui créeront des ruptures dans les politiques aujourd’hui à l’œuvre.

Ce communisme du XXIème siècle, doit pouvoir devenir concret et réalisable dans chaque quartier, chaque entreprise, chaque école, chaque village, tous les services publics. La démocratie renouvelée que cela implique doit s’imposer dés que cela est possible : la reprise d’une entreprise menacée par ses salariés, le maintien d’un service hospitalier, le développement des transports collectifs, l’ouverture d’une classe, le réaménagement d’un quartier HLM, tous ces sujets doivent devenir ceux des citoyens.

Nous devons développer les réseaux qui permettent aux acteurs sociaux et politiques qui travaillent sur les mêmes questions d’avancer ensemble. Nous devons également nourrir cette dynamique de tous les combats qui se déroulent aujourd’hui en Europe, et contribuer à tisser des convergences qui sont de nature à rendre plus crédibles les alternatives à mettre en œuvre.

Notre action de communistes ne se confond pas avec l’action syndicale, ni avec l’action associative, mais elle doit mettre en lien, partir des réalités sociales pour tracer des perspectives de changement durables et concrètes, à partir de nos propositions. Nous devons montrer dans nos actes, l’esprit de rassemblement à gauche qui nous anime et qui permettra à chacun quelle que soit à gauche le mouvement dont il se réclame, de trouver sa place dans la révolution citoyenne dont notre pays a besoin.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.