Les congrès du PCF

Les congrès du PCF
Accueil
 

36e congrès - Le texte - Il est grand temps de rallumer les étoiles

Les statuts du PCF adoptés au 36e congrès

Discours de clôture par Pierre Laurent

Journal CommunisteS n°507 - Spécial 36e congrès - 13 février 2013

Restez informé-e

Chaque semaine, un point sur les initiatives et les débats en lien avec le congrès.

Recevoir la lettre du 36e Congrès

 
 
 

Le Front de gauche, union ou fusion ? par Alain de Poilly

La réponse à cette question est importante parce qu’elle conditionne l’avenir du PC et du FG. Bien sûr, notre 35 ème congrès à trancher sur la pérennité du PC et JL Mélenchon affirme aujourd’hui que le FG doit rester un front et n’a pas vocation à se transformer en parti . Alors pourquoi cette interrogation : Le front de gauche union ou fusion ? .

Le problème n’est plus effectivement de fusionner par absorption du PC dans un nouveau parti style Die Linke, comme le proposait hier JL Mélenchon, mais le problème est aujourd’hui de fusionner dans une coopérative politique ou une holding qui aurait autorité pour s’exprimer, décider et agir au nom de toutes ses composantes. Dans ce cas le PC resterait le PC , mais au nom de l’union, il perdrait son autonomie politique au profit du FG.

Cette conception du front de gauche à mon avis serait suicidaire pour le PC, mais aussi pour le FG qui perdrait sa raison d’être. A savoir unir dans un front de luttes anticapitalistes des forces qui ont des conceptions politiques différentes( Marxiste, Trotskiste, Anarchiste, ancien Socialiste, Gauchiste niant l’utilité des partis etc. ...) Or, souvenons-nous des collectifs anti-libéraux, nous avons voulu faire de ces collectifs une structure avec des instances départementales, nationales qui au nom de l’union et à partir d’un double consensus parlait, décidait et agissait au nom de l’ensemble de ses composantes. Or au lieu d’unir nous avons désuni. En effet, personne ne voulait être derrière personne, nous nous sommes noyés dans des problèmes de représentativité, de pouvoir des uns et des autres, voir des problèmes de personne. Ce fut un échec. Alors ne reproduisons pas avec le FG l’échec des collectifs anti-libéraux.

Il faut savoir tirer les leçons du passé, l’échec de la candidature anti-libérale de Marie-George Buffet, n’a pas été l’échec du parti communiste mais l'échec d’un montage politique.

Il faut sortir de cette période de mutation initiée par Robert Hue et Marie-George Buffet au congrès de Martigues. Cette forme de mutation par fusion dans une force de gauche a déjà conduit à l’effacement de plusieurs partis communiste en Europe, sans pour autant modifier le rapport de force à gauche. Seul Robert Hue a réussi sa mutation.

La base commune évoque la nécessité d’engager une nouvelle étape du FG, « une saison deux », nous voulons contribuer à l'émergence d’un nouveau front populaire. Il est vrai que le FG actuel est identifié par les médias et par beaucoup de citoyens comme la propriété de JL Mélenchon. Son leader naturel comme ils disent. Cela d’ailleurs n’est pas totalement faux puisqu’au mois de juillet 2008 Gabriel Amard secrétaire générale du parti de gauche a fait enregistrer la marque FRONT DE GAUCHE et son logo officiellement à son nom n° 3667173 ( BOPI 2009-36 ). Ainsi s’il lui en prenait l’envie, personne ne pourrait utiliser la marque FRONT DE GAUCHE et son logo sans son autorisation. Cela est-il important ? A en croire la réaction de la direction de notre parti OUI, puisse que quelque temps après la direction de notre parti a fait enregistrer la marque FRONT POPULAIRE DE GAUCHE n° 3725306. Faut-il en conclure pour autant qu’en voulant travailler à l'émergence d’un nouveau front populaire notre parti veut s’affranchir d’un FRONT DE GAUCHE trop identifié à son leader charismatique JL Mélenchon ? Le texte ne le dit pas, mais si cela est le cas il faut le dire clairement, les communistes ont le droit de le savoir afin d’en débattre.

Je pense effectivement qu’il faut élargir cette notion de front. Il faut sortir de ce tête à tête avec JL Mélenchon, même si celui-ci utilise avec beaucoup de talent la dialectique marxiste dans ses interventions et qu’il a de ce fait re-dynamisé de la vie politique et contribué ainsi à faire des adhésions au PC et à la JC . Par contre ce dernier nous avait affirmé « Faites de moi votre candidat à l’élection présidentielle et vous verrez il y aura des retombées bénéfiques sur le nombre d’élus du PC aux élections législatives». Effectivement nous avons vu .( il n’y a pas de sauveur suprême) Comment faut-il analyser ce résultat des élections législatives ? Erreur politique ayant conduit à la division du peuple de gauche au profit du PS ? ( François Hollande capitaine de pédalo, alors qu’il représentait aux yeux de beaucoup de citoyens celui qui allait permettre de battre Sarkozy ) Il faut en débattre.

JL Mélenchon conçoit le FG comme une force politique qui doit supplanter le PS pour faire arriver au pouvoir (la vraie gauche ). Cette conception de guerre des gauches si elle se comprend idéologiquement ( le PC s’est séparé de la sociale démocratie depuis 1920 ) elle n’est pas concevable politiquement, parce que cela reviendrait à entériner une division du peuple de gauche, alors qu’au contraire il faut l’unir en menant des débats de fond, comme nous l’avons fait avec succès lors du référendum sur la constitution européenne.

Effectivement «Le problème n’est pas de faire arbitrer au peuple un match entre le parti socialiste et le front de gauche, mais de faire arbitrer deux choix politiques : l’austérité ou le développement».

Nous allons aborder de nouvelles élections, notamment les élections municipales, nous avons déjà perdu 50 % de nos élu-e-s régionaux-les et de nombreux-ses député-e-s, allons-nous devoir encore perdre des maires, des conseiller-e-s municipaux-ales ? En effet, ce type d’élections repose sur des projets négociés avec toute la population, avec toute la gauche. Allons-nous assister aux élections municipales à un duel FG contre PS à la plus grande satisfaction de la droite ?

Il ne sert à rien d’écrire dans notre base commune : Notre parti a vocation à s’exprimer à gorge déployée, à mettre en scène son projet à faire grandir ses valeurs etc... , si dans la réalité nous organisons dans le cadre d’une coopérative ou d’une holding l’effacement du PC au profit du FG.

En effet, on ne peut pas écrire dans la base commune une chose et son contraire. Exemple : Nous proposons qu’une coopérative soit initiée par le FG et plus loin : Nous voulons contribuer à l’émergence d’un nouveau front populaire. Il faut choisir entre une coopérative qui fait fusionner toutes ses composantes et un front populaire de gauche ouvert à tous, qui respecte l’autonomie politique du PC et son identité. Il nous faut affirmer avec force que nous voulons ni repli sur soi, ni effacement du PC au profit du FG.

Nous proposons dans la base commune de questionner à nouveau les hommes et les femmes dans une grande campagne « Et vous quels changement voulez-vous? » Nous les questionnons ainsi depuis des dizaines d’années. Aussi, ou ils sont particulièrement sourds ou ils n’attendent pas de nous des questions mais des réponses. Nous devons être porteur d’un projet de société socialiste, qui réponde à leur attente avec des changements concrets. tel que, la nation, le peuple doivent redevenir maître des richesses qu’ils produisent, notamment en socialisant ( sans l’étatiser ) le secteur bancaire et financier et les secteurs vitaux pour l’activité du pays. En renationalisant immédiatement EDF GDF. En Arrêtant le démantèlement des services publics, Hôpitaux, Sécurité sociale, Retraites, Sécurité publique. En taxant les biens importés, produits dans le cadre des délocalisations. En interdisant les licenciements boursiers. En taxant les profits boursiers. En interdisant les saisies et les expulsions etc ...etc...... Se conduire ainsi est-ce être un parti guide ou un parti éclaireur ?. Ni l’un ni l’autre, c’est se conduire en parti communiste

Notre 35 ème congrès a été celui de l’affirmation de la nécessité de pérenniser le PC. Le 36 ème congrès doit être celui de l’affirmation de la nécessité de pérenniser l’autonomie politique du PC.

Il faut que ce congrès acte que le PC ne doit pas s'enfermer dans une coopérative ou une holding avec des structures départementales et nationales, avec des adhésions directes, avec des statuts d’associations qui permettent de se présenter aux élections politiques directement au nom du FG . Cette conception d’un FG qui parle, décide, agit au nom de toutes ces composantes aurait pour conséquence de faire perdre au PC son autonomie politique, son identité de parti révolutionnaire.

Alors OUI il faut choisir au 36ème congrès entre UNION OU FUSION..

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.